MOHAMMED ARKOUN

Mohamed Arkoun et Tariq Ramadan Lectures Du Coran Mohamed Arkoun Fondation Arkoun Fondation Mohammed Arkoun Pensees Du Jour Islam Ibn Rushd Miskawayh

Mohammed Arkoun




Cloud:

| Mohamed Arkoun et Tariq Ramadan | Lectures Du Coran Mohamed Arkoun | Fondation Arkoun | Fondation Mohammed Arkoun | Pensees Du Jour Islam | Ibn Rushd | Miskawayh |

| Mohammed_Arkoun | Islam | Coran | Al-Andalus | Islam_en_France | Tribus_musulmanes_et_juives_de_Yathrib | Maurice_Borrmans | Claude_Cahen | Gifford_Lectures | Soheib_Bencheikh | Louis_Gardet | Henri_Sanson | Mohammed_Abed_El_Jabri | Mohammed | Abdennour_Bidar | Uri_Rubin |



[ Link Deletion Request ]



Mohammed Arkoun


Mohammed Arkoun

Nom de naissance Mohammed Arkoun
Activités Islamologue
Naissance 1928
Beni Yenni, Algérie
Décès
Paris (France)
Langue d'écriture arabe, français

Œuvres principales

  • L’humanisme arabe au Xe siècle, Vrin, 1982
  • Pour une critique de la raison islamique, Maisonneuve et Larose, 1984

Mohammed Arkoun, né en 1928 à Taourirt-Mimoun dans la commune actuelle de Beni Yenni, en Kabylie (Algérie), décédé le [1],[2] à Paris, est un intellectuel qui s'inscrit dans la tradition des « lumières » français, historien de l'islam et philosophe.

Il est internationalement reconnu, comme l'illustre par exemple les Gifford Lectures qu'il donna en 2001, intitulée « Inauguration d'une critique de la raison islamique »[3]. Il fut, entre autres, professeur émérite d’histoire de la pensée islamique à la Sorbonne (Paris III), et enseigna l’« islamologie appliquée », discipline qu'il a développée, dans diverses universités européennes et américaines, en référence à l'anthropologie appliquée de Roger Bastide. Parmi ses sujets de prédilection, l’impensé dans l’islam classique et contemporain.

Mohammed Arkoun, humaniste, laïque, était un militant actif du dialogue entre les religions, les peuples et les hommes. Spécialiste de l'islam, il plaidait pour un islam repensé dans le monde contemporain. Il y a consacré de très nombreux ouvrages dont La Pensée arabe (Paris, 1975), Lectures du Coran (Paris, 1982), Penser l'islam aujourd'hui (Alger, 1993), ou encore The Unthought in Contemporary Islamic Thought (Londres, 2002).


Mohammed Arkoun Biographiemodifier le code


Mohammed Arkoun est né en 1928 à Taourirt-Mimoun (Ath Yenni), un village kabyle du nord de l'Algérie, dans l'actuelle wilaya de Tizi-Ouzou. Il a vécu dans une famille nombreuse et très pauvre. Il fait ses études primaires dans son village natal, puis secondaires à Oran chez les Pères blancs. Il étudie ensuite la philosophie à la Faculté de littérature de l'université d'Alger, où il devient l'ami du poète Dgibril Khelifa natif du même village, puis à la Sorbonne à Paris. Il y est agrégé en langue et en littérature arabes en 1956 et docteur en philosophie en 1968[4].

Il obtient la renommée dans les milieux universitaires en 1969 avec ses travaux sur l'œuvre de l'historien et philosophe perse du premier millénaire, Ibn Miskawayh, du courant humaniste musulman, notamment en traduisant son Tahdhib al-Ahlaq wa Tathir al-Araq en Traité d'éthique[3]. Directeur scientifique de la revue Arabica, dont il a contribué depuis 1980 à la grande réputation, Mohammed Arkoun a joué un rôle significatif dans le progrès de la connaissance de l'islam en occident. En s'interrogeant sur la possibilité et la façon de repenser l'islam dans le monde contemporain, sa réflexion a fourni un contrepoids aux interprétations parfois fortement idéologisées des mondes musulman et occidental[3]. Il est l'auteur de nombreux ouvrages, en français, anglais et arabe, de sociologie religieuse consacrés à l'islam. Ses travaux ont été publiés dans de nombreux journaux universitaires et sont traduits en plusieurs langues.

La bibliothèque municipale de Paris 5e arrondissement, anciennement bibliothèque Mouffetard-Contrescarpe, s'appelle Bibliothèque Mohammed-Arkoun depuis l'automne 2013[5].


Mohammed Arkoun Parcoursmodifier le code

Mohammed Arkoun a enseigné à la faculté des lettres et sciences humaines de Strasbourg (1956-1959), au lycée Voltaire de Paris (1959-1961), comme maître-assistant à la Sorbonne (1961-1969), professeur associé à l'université de Lyon II (1969-1972), puis comme professeur à l'université Paris VIII et à Paris III - Sorbonne Nouvelle (1972-1992)[4]. Il a été membre du Wissenschaftskolleg de Berlin (1986-1987 et 1990) et de l'Institute for Advanced Study de Princeton, dans l'État du New Jersey aux États-Unis (1992-1993), professeur affilié de l'université de Californie à Los Angeles (1969), de l'université Temple, de l'université de Louvain-la-Neuve (UCL) en Belgique (1977-1979), de l'université de Princeton (1985), du Pontifical Institute of Arabic Studies à Rome et à l'Université d'Amsterdam (1991-1993)[4]. Il a également dispensé de nombreux cours et conférences à travers le monde[6].

Mohammed Arkoun a été membre du Comité directeur puis du Jury du Prix Aga Khan d'architecture (1989-1998), du Jury international du Prix UNESCO de l’éducation pour la paix (2002), et du Conseil scientifique du Centre international des sciences de l’homme de Byblos (Liban, UNESCO).

Il est fait officier des Palmes académiques, officier de la Légion d'honneur en juillet 1996, puis commandeur de la Légion d'honneur en septembre 2004. L'université d'Exeter (Royaume-Uni) lui attribue ensuite le titre de docteur honoris causa. En 2001, Mohammed Arkoun est invité à donner les « conférences de Gifford » (Gifford Lectures) à l'université d'Édimbourg (Écosse), qu'il intitule « Inauguration d'une critique de la raison islamique » (Inaugurating a Critique of Islamic Reason)[7], un des honneurs les plus prestigieux dans le milieu universitaire, permettant à un chercheur de grande renommée de contribuer à l'« avancement de la pensée théologique et philosophique ».

Il reçoit en 2002 le ].

Mohammed Arkoun était professeur émérite à (IIS)) et membre du Conseil supérieur de l’administration de l'IIS.


Mohammed Arkoun Penséemodifier le code



Mohammed Arkoun Dialogue entre le monde musulman et occidentalmodifier le code

Il plaide pour l'identification systématique et la destruction des préjugés et des stéréotypes négatifs, parfois très anciens, qui ont cours de part et d'autre. Selon lui, l’Occident n’est pas plus l'incarnation du démon matérialiste, immoral et athée, que l’Islam n’est réductible au fondamentalisme intégriste, terreau du terrorisme et incompatible avec la démocratie et la modernité.

Mohammed Arkoun a lui-même entretenu un dialogue étroit avec le christianisme et le judaïsme, et il a coécrit des ouvrages avec des intellectuels des deux confessions.


Mohammed Arkoun Laïcitémodifier le code

M. Arkoun a beaucoup réfléchi sur la laïcité, valeur qu'il a toujours cherché à défendre, y compris pour le monde musulman, sous réserve là de la nécessité de prendre en compte les spécificités de cette culture et de son histoire. Son plaidoyer pour la laïcité n'est pas dépourvu d'une critique de celle-ci, du fait des formes particulières qu'elle a empruntées dans l'histoire et les contradictions qu'elle a aussi engendrées, qu'il voudrait voir dépassées, et qui se résument selon lui, à une incompréhension de l'autre culture :

« Je m'efforce depuis des années, à partir de l'exemple si décrié, si mal compris et si mal interprété de l'islam, d'ouvrir les voies d'une pensée fondée sur le comparatisme pour dépasser tous les systèmes de production du sens - qu'ils soient religieux ou laïcs - qui tentent d'ériger le local, l'historique contingent, l'expérience particulière en universel, en transcendantal, en sacré irréductible. Cela implique une égale distance critique à l'égard de toutes les «valeurs» héritées dans toutes les traditions de pensée jusques et y compris la raison des Lumières, l'expérience laïque déviée vers le laïcisme militant et partisan. »[10].

Cette défense de la laïcité, s'accompagne ainsi d'une critique d'une certaine tradition historique, plus particulièrement la française. Si la laïcité peut s'exporter, ni son histoire, ni ses formes ne le peuvent. Il pense en effet que « la pensée laïque dans son cadre institutionnel le plus avancé - la République française - en est encore au stade du refus, du rejet, de la condamnation à l'égard d'une grande tradition de pensée et de civilisation. Au lieu de reconnaitre la fécondité intellectuelle du débat que l'islam, grâce, si je puis dire, à son décalage historique, réintroduit dans une société qui n'a pas épuisé la confrontation des modes religieux et laïque de production du sens, on voit se multiplier des campagnes de dénigrement contre le retour des «ténèbres du Moyen Âge». »[10].

M. Arkoun pense en effet que sans l'appréhension des particularités des sociétés islamiques, le projet laïque n'a pas de sens pour ces sociétés. Et d'après lui, l'absence de tradition laïque dans cette culture n'est pas seulement analysable en termes de développement moindre des sociétés islamiques, mais tient aussi à leur différence qui ne témoigne pas seulement de ce fameux retard historique, mais d'une expérience différente dans le rapport à la raison et à la science. Il insiste sur ce qui lui apparaît comme une différence caractérisant les sociétés islamiques, profondément différentes des sociétés occidentales, dans leur rapport au sacré, et de ce fait, dans leur rapport à la science et à la raison laïque. Il écrit encore :

«Il est certain que la conscience collective musulmane actuelle ne connaît pas cette rupture psycho-culturelle, qu'on constate depuis au moins le XIXe siècle, dans l'Occident sécularisé. Mais il faut se garder d'attribuer cette différence à une résistance au mouvement de laïcisation plus efficace en islam qu'en chrétienté. La catégorie théo-anthropologique de la Révélation est identique pour les trois religions du Livre, mais elle a connu des assauts différents de la part de la raison scientifique et de la civilisation industrielle. Cela ne veut pas dire non plus que le passage à la laïcité entraînant la marginalisation, voire l'élimination de la théologie par l'anthropologie (cf. les débats sur la mort de Dieu) est une évolution inéluctable que doit connaître l'islam après le christianisme.»[11].

Ces réserves exprimées, Mohammed Arkoun pense que, pour sauver le monde musulman de ses démons et le sortir de ses impasses, il est essentiel que l'islam accède à la modernité politique et culturelle. Il en pense les conditions, à savoir qu'il faut envisager une «subversion» de la pensée islamique qui lui permettrait de rejoindre le monde moderne et la laïcité : « Rien ne se fera sans une subversion des systèmes de pensée religieuse anciens et des idéologies de combat qui les confortent, les réactivent et les relaient. Actuellement, toute intervention subversive est doublement censurée: censure officielle par les États et censure des mouvements islamistes. Dans les deux cas, la pensée moderne et ses acquis scientifiques sont rejetés ou, au mieux, marginalisés. L'enseignement de la religion, l'islam à l'exclusion des autres, est sous la dépendance de l'orthodoxie fondamentaliste »[12].


Mohammed Arkoun Politiquemodifier le code

Il étudie également l'histoire politique des régimes arabes ou musulmans d'après la colonisation, et il en vient à en dénoncer les échecs successifs : « Les échecs ont commencé dès le lendemain de l'indépendance. Partout se sont imposés des régimes policiers et militaires, souvent coupés des peuples, privés de toute assise nationale, indifférents ou ouvertement hostiles à tout ce qui peut favoriser l'expansion, l'enracinement d'une culture démocratique. Les moyens par lesquels les régimes se sont mis en place n'ont, nulle part, été démocratiques. »[12].


Mohammed Arkoun L'islamologie appliquéemodifier le code


Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Mohammed Arkoun a inauguré ce qu'il appelait l'islamologie appliquée, issue d'une idée préexistante de Roger Bastide, l'anthropologie appliquée, ainsi que du « rationalisme appliqué » du philosophe des sciences Gaston Bachelard. Cette idée s'inspire du courant philosophique qui prône la critique sur le sillage de Kant, de Bachelard et de Foucault.

Mohamed Arkoun explique que la notion d’islamologie appliquée lui est venue après l’indépendance de l'Algérie, en constatant et en analysant les contradictions dans la culture de son pays et des pays du Maghreb, notamment une certaine orientation politique, qui voulait réintroduire l'islam à la fin de la période coloniale. Cette ligne et cet objectif lui sont apparus lorsque les Algériens se sont mis à invoquer l’islam, à la fois en tant que religion et en tant que culture, dans le but de reconstruire la spécificité arabo-islamique mise à mal par le colonialisme. Selon Mohamed Arkoun, cette conception et la politique qui en découle ne tenaient absolument pas compte, dans un pays jeune comme l'Algérie, ni de la réalité et des caractères propres à l'histoire du pays, ni du Maghreb dont il fait partie, ni de manière plus générale de l’histoire de l’islam et de la pensée islamique.

Or cette culture et la pensée islamique, plus particulièrement, ont connu des moments divers et très différents dans une histoire partiellement oubliée ou à tout le moins mise de côté. Entre les commencements de l'islam, au VIIe siècle et aujourd'hui, cette culture a connu des périodes tout à fait différentes. Au XIIIe siècle s'est produit une rupture au sein de la pensée islamique (la fermeture des portes de l'ijtihad), bien avant l'intervention extérieure de la colonisation, qui a été un fait propre à l'histoire de l'islam et de sa culture.

Mohamed Arkoun affirme que la plupart des musulmans refusent aujourd’hui de prendre véritablement en compte l'histoire de l'Islam et de la reconnaître telle qu'elle est, y compris en remontant assez loin dans le temps pour avoir une vision d'ampleur qui intègre le passé lointain et permette un recul éclairant pour l'esprit.

Il insiste sur le fait que le XIIIe siècle marque une interruption dans le développement de l'islam. Au Xe siècle, en effet, il exista une vie intellectuelle brillante et très riche au sein du monde musulman. La philosophie y fut très présente, et occupa les esprits savants. La philosophie islamique est née et s'est développée, au contact de l'Antiquité grecque : Platon, Aristote furent lus et traduits dans un échange avec les Anciens, repris, étudiés et accueillis dans la perspective d'une synthèse à accomplir avec la pensée musulmanes (phénomène connu sous le nom de translatio studiorum). Ils furent lus et interprétés également dans un échange avec les philosophes européens, chrétiens et juifs. C'est l'époque qui a vu l'apparition d'un humanisme où la culture musulmane était ouverte aux autres cultures, en particulier à celles présentes au Proche-Orient, mais également dans l'Espagne d'al-Andalus. Mohamed Arkoun souligne que la religion n'était pas alors en situation de prétendre contrôler la culture et la vie intellectuelle.

Mohamed Arkoun, qui raisonne en savant historien et philosophe, refuse les oppositions simplistes et stéréotypées entre cultures d'islam et d'Europe, opposition censément redoublée par l'opposition politique entre colonialisme (destructeur des cultures) et islam.

Sa perspective consiste à soutenir que l'écriture de l'histoire et le regard porté sur le passé dans son lien avec la religion, d'une part, et d'autre part une lecture critique de l’islam à la fois comme religion et comme tradition de pensée, doivent être conjointes dans la notion d’« identité nationale »[réf. nécessaire] pour les pays musulmans.

La dialectique des puissances et des résidus selon Mohammed Arkoun

La dialectique des puissances et des résidus, expression empruntée à Henri Lefebvre, est exposée dans Humanisme et Islam : Combats et propositions [13]. Elle identifie selon Mohammed Arkoun « les déploiements de la dialectique continue de quatre puissances à vocation hégémonique cherchant à réduire à l'état de résidus, voire à éliminer quatre forces directement antagonistes qui luttent pour la survie ». Les quatre puissances sont la formation étatique, l'écriture, les cultures savantes et l'orthodoxie, auxquelles correspondent les quatre résidus que sont les sociétés segmentaires, l'oralité, les cultures populaires, les hérésies. Pour Mohammed Arkoun, « une double dialectique se déploie simultanément et travaille l'espace social global », d'une part entre les quatre puissances et entre les quatre résidus, et d'autre part entre chaque puissance et chaque résidu correspondant. Dans ce cadre, l'analyse permet de « mettre en application les trois opérations méthodologiques et épistémologiques exprimées par les verbes transgresser, déplacer, dépasser. »

L’islamologie appliquée analyse les problèmes politiques liés au post-colonialisme. M. Arkoun considérait [réf. nécessaire] que les hommes politiques refusaient alors de prendre en compte la réalité de l’histoire de l'Islam et de la culture arabe, ainsi que les particularités culturelles, sociales et anthropologiques des pays du Maghreb. Cette discipline analyse les contradictions d'une histoire ainsi que les différences entre le monde musulman et le monde occidental et les différents discours qu'ils expriment.


Mohammed Arkoun Critique de ses travauxmodifier le code


L'historien et ].


Mohammed Arkoun Principaux ouvragesmodifier le code


  • Essais sur la pensée islamique (1er éd. Maisonneuve & Larose, Paris 1973; 2e éd. 1984),
  • L’humanisme arabe au Xe siècle (1982, Vrin),
  • Lectures du Coran (1982, Maisonneuve et Larose),
  • Pour une critique de la raison islamique (1984, Maisonneuve et Larose),
  • l’Islam, morale et politique (1986, Desclée de Brouwer/Unesco),
  • Ouvertures sur l'islam. Paris : Grancher, 1992,
  • Penser l'islam aujourd'hui. Alger : Laphomic ENAL , 1993,
  • Humanisme et Islam : Combats et propositions (Vrin 2005). (ISBN 2-7116-1731-9) (ISBN 978-2-7116-1731-9),
  • Les vicissitudes de la question éthique et juridique dans la pensée islamique (Vrin),
  • La pensée arabe, Que sais-je ?, PUF, (1991), 7e édition (2008). (ISBN 2-13-057085-2) (ISBN 978-2-13-057085-1),
  • Mohammed Arkoun et Maurice Borrmans : L'Islam : religion et société. Interviews dirigées par Mario Arosio Traduit de l'italien par Maurice Borrmans. Ed. du Cerf. 1982,
  • Mohammed Arkoun et Louis Gardet : L'Islam hier, demain. Paris : Buchet-Chastel , 1982,
  • Mohammed Arkoun et Joseph MAÏLA : De Manhattan à Bagdad. Au-delà du bien et du mal. Desclée de Brouwer. 2003.
  • La pensée arabe, Quadrige, PUF, (2012) (ISBN 978-2-13-060698-7) .

Participation à des ouvrages collectifs :

  • La Liberté religieuse dans le Judaïsme, le Christianisme et l'Islam, Colloque international à l'abbaye de Sénanque. Préface de Claude Geffré. Ed du Cerf, 1981
  • Christianisme, judaïsme et islam Fidélité et ouverture. Sous la direction de Mgr Joseph Doré. Ed. du Cerf, 1999
  • Histoire de l'Islam et des musulmans en France du Moyen Âge à nos jours, Mohammed Arkoun, Collectif, Jacques Le Goff (Préface). Ed. Albin Michel, 2006
(Voir liste complète des œuvres et des publications de Mohammed Arkoun)

Mohammed Arkoun Notes et référencesmodifier le code


  1. Décès de Mohammed Arkoun
  2. Hommage de Jean Daniel à son ami disparu
  3. a, b et c « Mohammed Arkoun », The Institute of Ismaili Studies, 2007
  4. a, b et c Mohammad Arkoun (Curriculum vitæ) sur Ibn-rush.org.
  5. Bibliothèque Mouffetard / Mohammed-Arkoun, Communiqué de la fondation Mohammed-Arkoun.
  6. Cours et Conférences - Arkoun.net (28/11/2006)
  7. (en) History of the Gifford Lectures, GiffordLectures.org.
  8. « Mohammed Arkoun Awarded Prestigious Levi Della Vida Prize », IIS, mai 2002.
  9. Prix de la Fondation Ibn-Rushd pour la liberté de pensée (Fund for Freedom of Thought) (Voir : « Orient et Occident – la parenté oubliée », Ibn-rushd.org, 2003).
  10. a et b Ouvertures sur l'islam. Paris 1989. 2e édition revue et augmentée. Paris 1992. p. 199-200.
  11. « Algeria ». Dans: The politics of Islamic revivalism (ed. Shireen Hunter). Bloomington & Indianapolis 1988.
  12. a et b «Il est vital que l'islam accède à la modernité», entretien avec Mohammed Arkoun, L'Express (27/03/2003).
  13. Humanisme et Islam : Combats et propositions, p. 95 et suivantes
  14. Mohamed Talbi, "Afin que mon cœur se rassure", éd. Nirvana, 2010, p. 52-53 et 323
  15. http://www.youtube.com/watch?v=MMsJSo4I5cE MH 3, Selim Laïbi parle de Chalgoumi, Arkoun, Boubaker et Chebel.

Mohammed Arkoun Voir aussimodifier le code



Mohammed Arkoun Articles connexesmodifier le code


Mohammed Arkoun Liens externesmodifier le code



Mohamed Arkoun et Tariq Ramadan Lectures Du Coran Mohamed Arkoun Fondation Arkoun Fondation Mohammed Arkoun Pensees Du Jour Islam Ibn Rushd Miskawayh

| Mohamed Arkoun et Tariq Ramadan | Lectures Du Coran Mohamed Arkoun | Fondation Arkoun | Fondation Mohammed Arkoun | Pensees Du Jour Islam | Ibn Rushd | Miskawayh | Mohammed_Arkoun | Islam | Coran | Al-Andalus | Islam_en_France | Tribus_musulmanes_et_juives_de_Yathrib | Maurice_Borrmans | Claude_Cahen | Gifford_Lectures | Soheib_Bencheikh | Louis_Gardet | Henri_Sanson | Mohammed_Abed_El_Jabri | Mohammed | Abdennour_Bidar | Uri_Rubin

Copyright:
Dieser Artikel basiert auf dem Artikel http://fr.wikipedia.org/wiki/Mohammed_Arkoun aus der freien Enzyklopaedie http://fr.wikipedia.org bzw. http://www.wikipedia.org und steht unter der Doppellizenz GNU-Lizenz fuer freie Dokumentation und Creative Commons CC-BY-SA 3.0 Unported. In der Wikipedia ist eine Liste der Autoren unter http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Mohammed_Arkoun&action=history verfuegbar. Alle Angaben ohne Gewähr.

Dieser Artikel enthält u.U. Inhalte aus dmoz.org : Help build the largest human-edited directory on the web. Suggest a Site - Open Directory Project - Become an Editor






Recherche: deutsch english español français

| deutsch | english | español | français |




[ Politique de confidentialité ] [ Link Deletion Request ] [ Empreinte ]